Témoignage stage en Colombie

Témoignage stage en Colombie Sophie

jessow Destinations, Etudiants, Témoignages 0 Comments

Retrouvez le témoignage stage en Colombie de Sophie, étudiante ayant réalisé un stage à Carthagène.

L’impression générale du stage à Carthagène?
Je m’y plais énormément ! L’équipe est aux petits soins avec moi et est d’une amabilité sans borne. Un café par ci, des gâteaux par là…L’ambiance de travail est détendue et la bonne humeur est au rendez-vous. Des résultats sont attendus bien évidemment, mais travailler dans de telles conditions et sans le stress auquel on est habitué en France ça change la donne. Chaque matin je suis ravie d’aller travailler et motivée à avancer. Et puis travailler dans une petite structure permet de toucher à beaucoup de choses, c’est l’idéal pour apprendre. En effet, je suis chargée de la communication digitale dans une école d’espagnol, Raíces: Spanish and Culture ; mais l’équipe m’intègre dans d’autres projets et me permet de participer à plusieurs réunions. Ce sont des gestes que j’apprécie énormément. Surtout lorsqu’on est stagiaire pour seulement deux mois. J’appréhendais de devoir rester dans mon coin, mais heureusement ce n’est pas le cas. Mon emploi du temps est bien rempli, j’ai des objectifs à atteindre et travaille en accord avec les autres. On me prend en considération malgré mon statut de stagiaire. Toutes ces raisons font que je ne me suis jamais sentie aussi bien au travail, c’est une grande première. Je trouve ça bien dommage de devoir rentrer…

Comment trouves-tu la vie à Carthagène?
Merveilleuse ! J’y ai rencontré des personnes uniques. La ville est magnifique avec ses maisons de couleurs, ses petites rues et ses curiosités en tout genre. De manière générale, l’architecture est très plaisante. La ville est toujours très animée. On entend de la musique aux quatre coins de la ville, le soir touristes et colombiens se réunissent sur les places centrales et assistent à des spectacles de danse ou s’assoient tout simplement autour d’un verre et partagent leur culture. Il y a toujours quelque chose à faire, un monument ou musée à visiter, un restaurant à essayer, une plage où se prélasser…
Mais Carthagène c’est aussi une ville de contrastes. Une fois qu’on s’éloigne du centre et des quartiers aux alentours pour s’aventurer vers des quartiers plus populaires, on s’aperçoit que la vie est toute autre. Et ça vaut vraiment le coup de s’immerger pour découvrir toutes les facettes de la ville.
En excluant la chaleur et l’humidité, qui sont parfois handicapantes, et le coût de la vie qui y est plus élevé que dans d’autres villes colombiennes, j’y passe de très bons moments !

Est-ce que cela correspond un peu à ce que tu imaginais avant de partir?
Que ce soit Carthagène, ou la Colombie dans son ensemble, je dois avouer que la réalité a largement dépassé mon imagination ! J’en suis plus que ravie. Je n’aurais jamais pensé m’y plaire autant. En fait, je suis tombée amoureuse de ce pays. Pour ses contrastes, sa population, sa culture, son histoire, ses paysages… sa gastronomie aussi (les gourmands seront ravis), et j’en passe. Il y a tellement à découvrir ! Un témoignage ne sera jamais à la hauteur de ce que l’on trouve et vit une fois sur place, les mots ne suffisent pas.

Qu’est ce qui t’a frappé les premiers jours de ton arrivée?
Avant de venir sur Carthagène, j’étais à Medellín en échange universitaire. Je m’étais déjà adaptée une première fois donc et avais une idée plus ou moins nette de ce qui pouvait bien m’attendre sur place. On m’avait notamment prévenue pour les températures élevées…et bien une fois sur place il s’est avéré que les propos n’étaient pas exagérés !
Outre le climat, c’est le rapport aux étrangers qui m’a interpelée. Beaucoup de marchands essayent de tromper les touristes en les faisant payer des prix plus élevés, ou tentent simplement de vendre leurs services (massages sur la plage par exemple) et leur produits (artisanaux, etc.) en insistant jusqu’à les faire céder. Un « non, merci » adressé poliment suffit dans la plupart des cas !

Sens-tu une importante différence culturelle avec la France?
Il y en a plusieurs effectivement. Une des plus importantes selon moi est la notion du temps. La conception que l’on a en France est que « le temps c’est de l’argent ». Et de là découle le stress, la précipitation et l’anxiété que l’on ressent parfois au travail. En Colombie, et surtout sur la côte, le temps n’est pas perçu de la même manière. Si un projet n’est pas fini aujourd’hui, il le sera le lendemain. Point. Le temps est certes important aux yeux des Colombiens, et cela n’exclut pas la possibilité de faire des heures supplémentaires, mais ils prennent également en compte d’autres valeurs, comme la famille par exemple, qui est très importante à leurs yeux.
Une autre différence importante d’après moi est la notion d’acquis. En France, avoir accès à l’électricité en appuyant sur un interrupteur ou à l’eau en ouvrant le robinet est une évidence. Quand on est à la recherche d’un appartement, cela ne nous vient même pas (plus) à l’esprit tellement c’est logique d’y avoir accès. En Colombie, il y a tant de niveaux de vie différents qu’il n’est pas rare de voir des familles aller puiser de l’eau dans un puits. On apprend donc à relativiser et à apprendre à remercier pour ce que l’on a.

As-tu une anecdote en particulier qui te vient à l’esprit?

J’étais à Medellín à la recherche d’une rue. Je m’arrête et demande à un passant. Manque de chance, il ne savait pas lui non plus. Et d’un seul coup, je me suis retrouvée entourée de plusieurs personnes, prêtes à m’indiquer la direction à suivre, voire à m’accompagner. C’est un des nombreux exemples de la gentillesse des Colombiens et de leur grand cœur.

Globalement, es-tu satisfaite de ton expérience Colombie?
Oui ! Et pas qu’un peu ! J’en suis tombée amoureuse. J’ai vécu une expérience incroyable, que ce soit à Medellín ou à Carthagène. Je conseille vivement la Colombie.

Cela te donne-t-il envie de revenir en Colombie après ce stage, de découvrir d’autres pays émergents?
Totalement. La Colombie m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses. De nombreuses possibilités s’offrent à nous, que ce soient là-bas ou dans d’autres pays émergents. Dans le futur je pense visiter l’Amérique latine et d’autres régions (si ça ne tenait qu’à moi je ferais le tout du monde tout de suite), mais la Colombie figurera toujours sur la liste de mes pays favoris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *